Agile ou mature (3/3) – Prévisible et imprévus.

Pour conclure sur ma perception de l’intérêt d’intégrer dans sa gestion de projet à la fois de l’agilité et de la maturité, présentons la gestion de projet en deux domaines de processus.

La gestion du prévisible

Il s’agit dans ce premier domaine à partir des exigences du client de gérer le planning de projet et tout ce qui est directement lié:
   - Les Cycles/ Phases/Livrables
   - Les tâches
   - Les demandes de service (Tâches en externe)
   - Les estimations
   - Les ressources
   - Le processus de relevé des temps passés (Feuille de temps)….

Comme nous l’avons vu dans la première partie de ce billet (Agile et Mature 1/3), le risque sur ce domaine de processus est d’adopter une démarche trop linéaire, lourde et manquant de souplesse qui conduit à un beau planning initial, trop complexe et donc sans réelle utilité par la suite.

Je pense donc que l’approche agile prend tout son sens dans ce groupe de processus.

Si le chef de projet et l’architecte et le client travaillent ensemble dans la phase de cadrage, si ils prennent bien soin comme nous l’avons vus dans la deuxième partie de ce billet (Agile et Mature 2/3) de construire un plan prévisionnel faisant appel à des cycles itératifs quand c’est nécessaire, si le projet est conduit avec des réunions opérationnelles régulières basé sur l’avancement concret avec la capacité à adapter le planning…

alors le prévisible est géré avec agilité !

Attention ! Malheureusement et bien souvent on pense que la gestion de projet se limite à ce domaine et que finalement peut être qu’une application Web collaborative gérant uniquement les tâches et un planning est la solution idéale.

Que faites vous pour les imprévus ?

La gestion des imprévus

On pourrait être tenté de dire « puisque que c’est imprévisible on ne peut le gérer ! ».

Et bien c’est là, que la maturité est un atout !

Grâce à l’expérience acquise par de nombreuses sociétés sur de très nombreux projets nous disposons de référentiels de bonnes pratiques (Exemple : CMMI) qui nous permettent de limiter et gérer au moindre coût les imprévus.

Ce domaine de processus comprend essentiellement les activités suivantes :

   - Gestion des revues (Tests des composants et relecture par un
      tiers des documents)
   - Gestion des risques
   - Gestion des défauts
   - Gestion des demandes de changement
   - Gestion des demandes de support
   - Gestion des points en suspens/décisions/actions

D’un coté la gestion des revues et des risques sont des moyens de limiter les imprévues par des actions proactives, de l’autre les activités : Gestion des Défauts, des demandes de changement, des Points en suspens,…. sont des activités pour gérer efficacement et au moindre coût les imprévus qui apparaissent malgré tout.

Toutes ces activités sont couvertes par des bonnes pratiques (Mature) que j’ai commencé et que je continuerais à présenter dans ce blog, vous pouvez par exemple regarder la gestion des risques.

Pour conclure sur ce deuxième domaine de processus de la gestion de projet on pourra dire que :

les imprévus sont limités et gérés avec maturité !

Il reste quand même alors la question de l’intégration dans une démarche cohérente des deux domaines de processus.

Cela sera réalisable grâce à la mise en place d’activités transversales :

   - Mise en place de Workflow pour gérer les imprévus dans un
      processus pour les intégrer dans le planning.

   - Mise en place de Mesures pour être en mesure de lancer les
      actions correctives : Sur le court terme pour le
      projet et sur le long terme pour l’organisation.

   - Mise en place de reporting formel opérationnelle (Pour le
      projet) et stratégique (pour l’organisation)
      afin que chaque niveau de l’organisation joue
      son rôle de décideur et donne les moyens du
      progrès continue.

Voici donc en conclusion un schéma synthétique de ma vision d’une gestion de projet Agile et Mature.